dimanche 29 juin 2008

Vacances d'été

Ce sont les vacances d'été, et la question est toujours: quels livres emporter? J'essaye tous les ans de relire un classique. Cette année, dans le cadre de cette chronique, ce sera Le Cousin Pons. J'ai aussi décidé de prendre une nouvelle traduction de la correspondance entre Marc Aurèle et Fronton. Le recueil, publié par Amy Richlin (Marcus Aurelius in Love, The University of Chicago Press, 2006), est étonnant. J'emporte enfin un roman sentimental, The Story of a Marriage (Andrew Sean Greer, Farrar, Straus and Giroux, 2008, 208 pp.), téléchargé sur mon eReader, pour les files d'attente à Disney World...

Isherwood et son compagnon Don Bachardy sont le sujet d'un récent documentaire de Guido Santi et Tina Macara (Chris & Don: A Love Story). J'ai été le voir au Quad Cinema dans le Village, avant de quitter New York pour Miami. La petite salle m'a rappelé les cinémas d'art et d'essais de ma jeunesse à Paris... Le film est surprenant... Au début, on entend une voix off, c'est la voix d'une vieille femme... jusqu'à ce qu'on réalise qu'il s'agit en fait de la voix de Don, aujourd'hui agé de 74 ans. Malheureusement, c'est une voix désagréable, qui bien sûr est omniprésente, et que rendent encore plus désagréables les mimiques de la bouche capturées par la caméra... On est également troublé par la juxtaposition de séquences de vieux films d'amateur en 8 mm montrant successivement Chris et Don illustrant les souvenirs que ce derniers évoque à haute voix, avec des scènes jouées par des acteurs, comme le révèle le générique de fin... Isherwood change peu physiquement pendant la période que couvre le film. Il avait presque cinquante ans lorsqu'il fit la connaissance de Don. Ce dernier, de bel adolescent charmant, se transforme progressivement en vieil homme sec, cherchant à rester en forme grâce à des exercices régulier dans un club de gym... C'est triste... Mais malgré tout un document. De courtes séquences montrent Auden, Stravinsky, Burt Lancaster, Tennessee Williams, parmi d'autres. Comme l'écrit justement Stephen Holden dans sa critique pour le New York Times, "c'est l'une des typiques histoires vraies de mariage gai préhistorique, réussi malgré le climat hostile."

Charlie Crist, le gouverneur Républicain de Floride, régulièrement mentionné comme l'un des vice-présidents possibles de John McCain, était interviewé cette semaine par Deborah Solomon dans sa page hebdomadaire du New York Time Magazine. Il a été à plusieurs reprises l'objet de rumeurs le dénonçant comme gai. Certaines questions - désagréables et agressives - de Ms Solomon au Républicain peu conventionnel qui n'est pas propriétaire de son domicile ("Je n'en ai simplement jamais ressenti le besoin") y font référence. Il y répond avec une certaine dose d'humour: "Vous avez été marié il y a une trentaine d'années, mais le mariage a duré moins d'un an. Vous préférez vivre seul? Je me suis marié, et j'ai divorcé parce que ça n'a pas marché. Depuis, je n'ai pas trouvé la personne qu'il me faut. Ce n'est pas plus compliqué. Vous ne pouvez pas trouver une femme dans toute la Floride? Peut-être ai-je trouvé. Restez branchée."

Pendant ce temps, le CDC confirmait cette semaine que les infections par le VIH et le Sida chez les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes ont augmenté de façon significative de 2001 à 2006.

29.06.2008