dimanche 8 juin 2008

L'amour grec

Le journaux ont abondamment rendu hommage à Yves Saint Laurent après sa disparition la semaine dernière. Dans l'avion, en rentrant aux États-unis mardi dernier, je lisais distraitement dans Libération une interview de Pierre Bergé, "compagnon du créateur et cofondateur de la maison YSL". Comment avez-vous scellé votre pacte avec Yves Saint Laurent? lui demande la journaliste. "On est tombé amoureux. C'est simple." Suzy Menkes, la réputée critique de mode de l'International Herarld Tribune, est plus prudente, mentionnant dans son article "le partenariat Bergé/Saint Laurent, ouvertement homosexuel, mais jamais de façon vulgaire"... Samedi le New York Times (propriétaire de l'IHT) publiait une photo de Pierre Bergé, accompagné de Nicolas Sarkosy et de Carla Bruni, aux funérailles d'Yves Saint Laurent. Son visage est défait, marqué par le deuil. La légende, sous la photo, le désigne comme le partenaire commercial d'Yves Saint Laurent! J'aimerais que mon partenaire commercial me regrette de la même façon...

Hillary Clinton a finalement prononcé son discours tant attendu, reconnaissant la victoire de Barack Obama à l'investiture democrate pour l'élection présidentielle de novembre, et lui apportant son soutien sans faille. Cela se passait samedi à Washington DC. Son discours a été salué dans la presse comme sincère, fair-play, responsable. J'ai été surpris pour ma part de l'entendre prononcer à deux reprises le mot 'gay', parmi la mention d'autres minorités, pendant les trente minutes qu'a duré sa prestation. Cela ne m'était jamais arrivé pendant une campagne que j'ai suivie avec assiduité et où les thèmes gais n'ont jamais été un enjeu. C'est vrai que maintenant qu'elle n'est plus dans la course, elle peut être moins prudente...

Le dernier numéro de la New York Review of Books publie un papier d'Edmund White consacré à Marguerite Duras. Pas de quoi en faire un plat. Dans la liste des contributeurs, le petit article sur White m'apprend que ce dernier prépare un livre sur Rimbaud, The Double Life of a Rebel, à paraître à l'automne. Voilà qui est plus intéressant...

***

Depuis plusieurs semaines je me suis plongé dans le pavé de James Davidson: The Greeks & Greek Love: A Radical Reappraisal of Homosexuality in Ancient Greece (London, Weidenfeld & Nicolson, 2007, 656pp).

Le livre est curieusement passé inaperçu, au moins aux États-unis et en France... (En Angleterre les journaux, et notamment le TLS, en ont rendu compte) Pourtant, comme le souligne le titre, il s'agit d'une révision radicale de notre façon de voir l'homosexualité dans la Grèce antique. Il remet en cause comment les spécialistes ont interprété la chose au cours du siècle passé, cette approche moderne culminant dans le livre de Sir Kenneth Dover, Greek Homosexuality (1978), dont Michel Foucault a fait l'éloge, le qualifiant de classique instantané. La sodomie devient le point central, incontournable, pour comprendre l'homosexualité grecque... C'est la distinction entre actif et passif qui importe. Tout est affaire "d'initiation par l'insémination" et "de domination par la pénétration." J. Davidson préfère parler "d'Amour grec" et remet en cause les interprétations antérieures. Il replace l'homosexualité grecque dans son contexte, avec sa complexité et sa diversité, et il est souvent convaincant dans ses analyses.

James Davidson est historien de la Grèce antique à l'université de Warwick en Angleterre. Son livre est le fruit d'une quête intellectuelle débutée il y a presque trente ans, nous dit-il. Il se lit comme une enquête policière, malgré son épaisseur, fait appel aux textes anciens et aux scènes peintes sur des vases antiques (parfois graphiquement très explicites...), analyse tous les mythes et les histoires classiques (Ganymède, Hyacinthe, Achille et Patrocle, etc.), se sert d'analogies tirées d'études d'anthropologiques, et décrit le développement des idées modernes sur l'homosexualité grecque dans lequel Dover, Veyne et Foucault, ne jouent pas une rôle mineur.

Le style est rapide, vivant, avec des raccourcis et parfois des anachronismes ludiques, ironiques, que seul quelqu'un doté d'une profonde culture et d'une solide compréhension de son sujet peut se permettre... The Greeks and Greek Love est un livre important, une contribution majeure au débat sur l'homosexualité grecque, son origine et sa signification. Il faut le siroter lentement, comme un vieux vin de Bourgogne...

8.06.08