dimanche 30 décembre 2007

L'Enfer de la Bibliothèque and Seduced: Art and Sex from Antiquity to Now.

For this last column of 2007, I would like to mention two current European exhibitions, restricted to adults.

The first,
Seduced: Art and Sex from Antiquity to Now, opened October 12th at the Barbican Art Gallery (www.barbican.org.uk) in London and runs through January 27th. It explores the representation of sex in art through the ages thanks to over 300 works, including works from Nobuyoshi Araki, Francis Bacon, Jeff Koons, Robert Mapplethorpe, Pablo Picasso, Rembrandt van Rijn and Andy Warhol. A cast of Michelangelo's David was to be shown to Queen Victoria: a stone fig leaf was added in front of the statue's privates parts to avoid shocking the monarch... Sketches from Turner's notebook reveal that the artist was not only interested in romantic scenery. Entrance is restricted to over 18s.

The second,
L'Enfer de la Bibliothèque, Eros au secret, opened December 4th at the Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, www.bnf.fr) in Paris. With over 350 pieces the exhibition features the history and illustrates the content of the distinct and secretive section where books and documents deemed dangerous for the public eye were kept. In addition to Sade, several major writers are shown through their works: Guillaume Apollinaire, Pierre Louÿs, Georges Bataille, Pierre Guyotat, Jean Genet as well as unknown and anonymous authors who celebrated eroticism and sex. The exhibition runs through March 2nd and is restricted to over 16s.

And if you are in Rome before January 6th, visit, at the Palazzo delle Esposizioni,
Mark Rothko, a survey of the career of the American painter through 70 paintings and a selection of works on paper (www.palaexpo.it). The exhibition ends with the black-on-grey canvasses painted before his death in 1970.

2007.12.30

dimanche 23 décembre 2007

Best Books in 2007

Fiction: Call me by your name, André Aciman


Call me by your name (André Aciman, Hardcover, Farrar, Straus and Giroux, 256 pages, January 2007) is a very well written novel, short and dense, about passion, love and the effect of time. I reviewed it in this column earlier this year. The book is having quite a success, it is ranked #3,140 at amazon.com which provides 63 customer reviews as of this week! I found the following review very good:

"The Beauty of Language,The Landscape of Mind (Review posted at amazon.com, by Amos Lassen from Little Rock, Arkansas on January 28, 2007)
Having just closed the covers of Andre Aciman's "Call Me By Your Name", I feel compelled to sit down and write what is going on in my mind. I am an avid reader and I have come across many books in my life yet the experience I had in readingAciman's book is like one seldom found in the printed word. The book is pure beauty. Aciman has managed to tackle all of the emotions and put them down in beautiful prose. As you read you feel as if you have been hit over the head and literally dragged into the pages of the novel. You will experience feelings that you had no idea you were capable of and you will look back at your own life and begin to view it as you have never done before.
I am in awe of the novel and the novelist. It is not often that a single book can awaken these emotions in me and I am so glad that I found one book that made me sit up and realize so much--about the world and about myself.
The theme of adolescent love has become a staple in the world of literature and unfortunately more often than not it becomes a tired subject.Aciman has taken the theme and breathed fresh life into it. Here we have a story of love and regret that once read will not be quickly forgotten.
The book is about a romance that blooms quite suddenly between an adolescent boy and a summer guest at the youth's parent's summer home on the Italian seaside. Neither is prepared what might happen as a result of mutual attraction so they each pretend to be indifferent to the other. As might be expected, as the days pass during that beautiful summer, passion is unbridled and they test their feelings for each other. In doing so obsession and fear as well as fascination and desire burst forth allowing hidden feelings to surface, sometimes quite erotically. They find themselves involved in a deep and meaningful romantic encounter which barely lasts six weeks but eaves an indelible mark on both of them, a mark they will carry with them for the rest of their lives. What they discover in their feelings for each other is a total intimacy that happens maybe once in a lifetime.
Aciman captures beautifully the psychological maneuverings of the boy and the man as he writes his lament about human passion. When the love of their dreams explodes into the reality of closeness, we get a sentence that reads, "I did not know where all this was leading, but I was surrendering to him, inch by inch, and he must have known it, for I sensed he still keeping a distance between us." This sense of love to come pervades the novel and when that love does come it is inclusive, it is beautiful and it is highly sensual.
Before that love shows its face there are games played--footsie at dinner, stares of lust and steel, long runs, mind games. Seventeen year oldElio , an Italian youth and Oliver, an American graduate student play the game of cat and mouse with ambiguity, hostility and, above all, attraction. We, the readers, see the story from inside Elio's mind and thoughts where everything has meaning.
What about the sex? Believe me, it is there and there is plenty of it. There are also elaborate erotic fantasies and what makes all of this so interesting is that Andre Aciman is a straight man writing about gay sex. What Aciman set out to do in his novel was to show us human intimacy in all its preciousness and in all of its idiosyncrasies. The beauty of the language and the descriptions make you want to hop into the pages and be there with the characters--not as a fly on the wall, but as an active participant. It would be a chance to see what true intimacy is all about.
Desire has always been a cornerstone of life but I can tell you the desire that you read about in the pages of this book is unlike any other you have had the experience to read about or even to know. The pain of love is hard to depict in words yet "Call Me By Your Name" is an achingly painful and beautiful tribute to desire and intimacy and one you will not likely walk away from and forget.
I have recommended many books and I will continue to do so but this book is so dear, so tender, so brutal and so beautiful that I say this to you--if you read no other book this year, read this one."


I don't know if "what makes all of this so interesting is that André Aciman is a straight man writing about gay sex." I rather think that it is very difficult to believe... and somewhat disappointing... This is by far the best gay novel of 2007.


Non-fiction: Being Homosexual: Gay Men and Their Development, Richard A. Isay



Being Homosexual: Gay Men and Their Development (Richard A. Isay, Hardcover, Farrar, Straus and Giroux, pages, 1989), my choice for this year was published many years ago... I just happened to read it this year and since this is a new column I feel free to talk about it. I wish I had read it when I was in my twenties, although I was probably not ready for that. It is one of the best books about homosexuality and how to come to terms with it, that was ever written. It is short, up to the point, and uses very straight (sorry) and simple language. The author is an American psychiatrist who went himself through a long journey of self-acceptance as a gay man in the seventies. The book is divided into nine chapters. The best are chapters 1 (What is Homosexuality), 4 (Adolescence and Young Adulthood of Gay Men), 6 (Lovers and Others: Gay Relationships). In a nutshell,Isay's thesis is that homosexuality is a natural variant of normal sexuality and is present since childhood. Because of the way it is generally portrayed in our society gay men often suffer from injuries to their self-esteem. The best way to repair this wound is through establishing relationships with other gay men, and more than anything else through intimacy: "Relationships that are mutual and loving, both sexual and nonsexual, are essential to the healthy integration of a homosexual identity, promoting a positive self-image."Isay also writes that he believes that similarities between two partners may prove a burden over a long period of time and that "the sexual and emotional interest simply wanes more rapidly in such relations because there is neither the tension that promotes sexual excitement nor room for emotional growth. Many successful gay relationships are based on a difference in the partners - a difference in age, race, social status, or personality that provides the complementarity that allows for the tension of sexual desire and also the emotional space for the couple to grow in." Food for thought.

Note: I have no special interest in Farrar, Straus and Giroux...

2007.12.23

dimanche 16 décembre 2007

Mike Jones is back

Mike Jones became relatively famous last year when he outed Ted Haggard, the founder and leader of the New Life Church and president of the National Association of Evangelicals, a married man, father of five. Jones a former Denver escort revealed that he had had regular sexual encounters with Haggard over a period of 3 years.
Jones made a reappearance in the news last week when the
Idaho Statesman published a story about several men who claimed they had sexual encounters with Larry Craig, the senior US Senator of Idaho. "Jones said a man phoned to make an appointment, not giving his name. The man, whom Jones later recognized as Craig, then arrived at a studio apartment on Sherman Street in downtown Denver. Craig asked whether Jones followed politics but then quickly changed the subject. "When I said, 'Yes,' he said, 'Oh, gee, it's cold outside.'" Jones said he immediately deduced from his client's odd response that he was servicing a politician. Craig removed his coat and dress shirt, leaving his T-shirt, slacks and shoes on when he climbed onto Jones' massage table. Craig asked that Jones be naked. Craig undid his own zipper and masturbated while performing oral sex on Jones. When Craig finished, he paid Jones $200 in cash and left." Craig's staff released a statement saying that Jones was only trying to push the sales of the book about his experience with Haggard. I Had to Say Something: The Art of Ted Haggard's Fall was published in June and ranks #236,532 in Amazon.com books. But nothing can push the book sales...
I Had to Say Something contains a lot of interesting insider information on the activities of male escorts, and on their clients. But when Jones starts to make assumptions as to what his clients are feeling, or thinking, etc. the narrative becomes dull: "Ever since high school, I could tell what a man's story was just by looking in his eyes." "I guess I was still trying to bring him out of his shell. Even though I new that might never happen, I thought I could still make him feel like the sexiest man on earth."
The outing of Haggard is totally unacceptable, whatever the reasons he gave to justify it. It is not by outing shameful homosexuals that the cause of gays will be advanced. The fact that Ted Haggard is a very unattractive individual does not make Mike Jones any better. It is wrong morally because no one has the right to judge how someone is living his homosexuality, even if there is a total hypocrisy between his actions and his discourse. "Ted was not like my other clients. Many, if not most, were hypocrites to some degree. We can all be hypocritical, if you think about it. The difference for me was that Ted was a very powerful hypocrite." And it is wrong professionally, but of course at 49, his career as an escort was behind him. It is disgusting, and one wonders who is the most hypocritical.

Which brings me to two discoveries I made recently through the reading of the
New York Times. Two casual examples of hypocrisy and stupidity.

The Boys Scouts of America prohibits membership by anyone who is openly homosexual.

The US is still (since 1987) one of only 13 countries that bans HIV-positive individuals from entering the country. The other countries are Armenia, Brunei, China, Iraq, Qatar, South Korea, Libya, Moldova, Oman, The Russian Federation, Saudi Arabia and Sudan. Nice company! A new regulation for the HIV-positive individuals who wish to apply for a waiver has been recently proposed by the Department of Homeland Security. It would make waives more difficult to obtain.

2007.12.16

dimanche 9 décembre 2007

The hetero-friendly trend, and tabloid stuff

The Abbey, which is West Hollywood's best known gay bar and restaurant (a Southern California Legend, says John Duran, the city's mayor) has been sold by its owner to SBE Entertainment Group. SBE is owned by an Iranian billionaire, Sam Nazarian, a straight film producer and nightlife entrepreneur, who plans to open Abbeys in cities across the country. David Cooley, the former owner and founder of Abbey, is scouting for the best locations. "The gay nightlife industry seems to be in steep decline. During the past year, clubs such as New York's Roxy and Boston's Avalon have closed. Bar owners say the Internet is slowly killing their business as cruising continues its migration to the virtual realm; and a new generation, coming out to an increasingly accepting - or at least (in marketing terms) 'gay-friendly' - world seems neither to need nor want to socialize primarily at gay bars. Cooley believes the Abbey, as a national brand, could reinvigorate gay nightlife - and his strategy for doing so appears to involve toning down the avowedly gay part of that experience. But how straight-acting does gay nightlife need to be in order to survive?" asks the author of the article in Out magazine which features the story. He seems to bring a rather ambiguous answer when he concludes the article: "Cooley shows up for dinner at the Abbey at 8 p.m. one night, accompanied by Felix, and undergraduate from Frankfurt, Germany, now studying at a Christian college in Orange County on a tennis scholarship. 'Felix is straight,' David says. Under the table, his hand is on Felix's knee. Felix affirms in a choppy German accent, 'Yes, I am straight. I come to the Abbey with all my straight friends. It is not just a gay bar.' When Felix excuses himself for a cigarette, Cooley's eyes follow the young man across the bar. There is no way not to ask: Um David? Felix is... straight? Flashing a smile almost as bright as the German's, Cooley says, 'We have our fun'."

The Axel Hotel, which opened last November in Buenos Aires, is the first Latin America luxury hotel built with gay customers in mind. The capital of Argentina has become probably the most gay-friendly city in Latin America, since the social mores started loosening in the 90s. "After Argentina plunged into economic chaos in late 2001, discrimination based on sexual orientation seemed to many like a petty concern. 'When people are eating out of garbage cans it really doesn't matter if you are gay or not,' says Osvaldo Bazan, a journalist and the author of
History of Homosexuality in Argentina From the Conquest of America to the 21st Century," reports the New York Times, without convincing me. The hotel was built by Juan Julia, an entrepreneur from Barcelona where the first Axel Hotel opened three years ago. It is self-billed as 'hetero-friendly', reflecting the new trend in gay entertainment.

In its last Sunday edition the
Idaho Statesman published an article providing a detailed account of the sexual encounters between Larry Craig and several men, one of which dates to his college days. Craig is the senior senator from Idaho who said last August that he was not gay and had never been gay, after Roll Call, a Washington newspaper, unveiled that he had been arrested in June by an undercover police officer for soliciting sex in a Minneapolis airport bathroom. The Idaho Statesman article is quite fascinating because it gives a precise and unusual description of casual encounters between men who seek sex with men.

In the same order of things, and also fascinating, is the story published this week in the
New York Times business section, of a 44 year old Hedge Fund manager Seth Tobias, who was found dead in the pool of his West Palm Beach home last September. Initially the police concluded to a heart attack. Now, in a nasty dispute over his estate, the Tobias brothers are accusing Seth's wife of murdering him: she would have drugged him and lured him into the pool by promising him sex with a male go-go dancer, nick-named Tiger, he presumably met at Cupids, a gay bar he secretly frequented with his wife in West Palm Beach. Worth reading! I will try to keep you posted.

2007.12.09

dimanche 2 décembre 2007

The Indian Clerk

Each time David Leavitt publishes a new book I look eagerly for the joy I had when I read While England Sleeps, a few years ago. For many months the book rested on my bedside table and I would read excerpts every night before switching the lamp off. Happiness and quiet intimacy exuded from it, at least this is how I remember it some fifteen years later. The novel was inspired by the true love story between a young working-class Welshman, Jimmy Younger, and Stephen Spender in the 30's. After Spender sued the publisher, an out of court settlement led to stopping the printing in the US (where 30,000 hard-copies had already been distributed) and destroying the undistributed copies in the UK. While England Sleeps was republished in 1995 after major changes were made. Leavitt was traumatized by the experience. It is said that he never really recuperated and his works have not come back to their previous qualities. Sadly this seems to be true.

The Indian Clerk (Bloomsbury, 2007), his latest book, is well written, and thoroughly researched, but moves slowly, seems long. The bulk of the book relates the life of the famous British mathematician, G. H. Hardy, and his relationship with Ramanujan, a young Indian mathematician prodigy he attracted to England. It is set mainly in Cambridge during the years surrounding the Great War. The Sources and Acknowledgements pages at the end of the book review the different materials that Leavitt used. If I were really interested in Hardy's life I would certainly have been tempted by one of the books listed in these pages. But the truth is that I am not. I don't find he is a very likable character, even if Graham Greene highly recommends his small autobiography, A Mathematician's apology, published in 1940 and still available from Cambridge University Press. More than anything else, he appears as a sad lonely man, unable to love, and unable to question himself. Of notable interest, in the end pages on his sources, Leavitt writes that "it was from a sequence of novels - Pat Barker's Regeneration trilogy (Regeneration, The Eye in the Door, and The Ghost Road, all published by Plume) - that I got the most vivid sense of the ways in which homosexual love was expressed, exploited, and manipulated in England during the Great War."

Unfortunately, the fictional parts of the novel are a little bit lost in the almost 500 pages thick volume. They shine like small jewels, though. Young Thayer whom Hardy meets by chance in the hospital facilities built on the cricket grounds at Cambridge during the war, reminds young Edward Phelan from
While England Sleeps. I enjoyed a lot the few pages where this fictional character appears, just to regret there were so few. Because of these pages, and because it is a rich, well constructed book, I still highly recommend The Indian Clerk.

2007.12.02

dimanche 25 novembre 2007

Les bonobos (suite), le New York Times et Michel Desgranges

En page 5 du New York Times de ce mardi, entre un jeune asiatique ambitieux faisant la publicité pour un costume Kenneth Cole chez Macy's et un éphèbe au regard inquiet posant en slip pour Jockey chez Bloomingdale's, un bref article nous apprend que le Congo a décidé de créer une réserve afin de protéger les bonobos, victimes de la déforestation et des contrebandiers. Comme vous le savez si vous lisez le New Yorker ou cette modeste chronique les bonobos sont nos proches cousins, sans nos penchants agressifs. Ils sont réputés faire l'amour, pas la guerre, et vivent dans la forêt tropicale sur la rive sud du fleuve Congo. Leur chair est recherchée par les tributs locales pour leur vertus fortifiantes chez les enfants. Leur nombre a substantiellement diminué ces dernières années.

Le
New York Times a pendant longtemps été la bête noire des organisations gaies. Que peut-on dire d'un journal qui jusqu'à la fin des années 80 se refusait à désigner les gais autrement que comme des "avowed homosexuals", demande Betty Pearl dans son guide queer de New York, le meilleur - et pratiquement seul - guide de son genre pour la ville, déjà un peu daté, mais un bon début quand même (Betty & Pansy's Severe Queer Review of New York, 3rd edition, Cleis Press, 2003). Aujourd'hui le journal publie dans son édition dominicale des faire-part de mariage entre personnes de même sexe, facilement identifiables grâce aux photographies des conjoints accompagnant les notices. Le New York Times, disais-je, reste l'un des journaux les plus respectés dans le monde, avec ses travers bien entendu (mais plutôt moins accentués que chez Le Monde, par exemple). Il traverse une crise, comme la plupart des titres de la presse écrite, face au développement d'internet et autres médias. Son format est devenu plus étroit depuis le mois d'août, afin de standardiser son impression (et réduire les coûts). Hélas, depuis, le bord de certaines pages baigne dans des bavures énervantes, et il est devenu difficile à plier. Petites nuisances pour les amateurs de papier. Cette semaine, dans un ambiance morose, le journal a transféré son siège de l'immeuble qu'il occupait depuis plus d'un siècle sur la 43ème rue (leur 5, rue des Italiens) pour un nouveau gratte-ciel imaginé parRenzo Piano sur la 8ème avenue (leur bd Auguste Blanqui, le NYT ayant évité, lui, le nomadisme du Monde entre 1990 et 2006). Ce dernier s'élève en face du Port Authority Terminal, et semble très banal de loin, lorsqu'on l'aperçoit en marchant sur la 40ème rue depuis Bryant Park. Sa grande particularité extérieure est d'avoir les façades recouvertes de sortes de stores constitués de cylindres en céramique. Mais ces derniers ne jouent leur rôle d'habillage que lorsque l'on est aux pieds de l'immeuble qui semble, alors, véritablement s'élancer vers les cieux. "Tout en s'adaptant à leur nouvelle maison, les journalistes du Times sont inquiets pour leur futur. Tandis que l'espace publicitaire décline, le journal rétrécit littéralement: la largeur de ses pages a été réduite en août. Certains sont convaincus que les journaux sous forme imprimée n'existeront plus dans une génération," écrit le critique d'architecture du journal.

La semaine dernière, dans sa libre chronique du vendredi, Michel Desgranges, Président du Conseil de Surveillance des Belles Lettres, tirait à boulets rouges sur l'ouvrage de Sandra Boehringer,
L'homosexualité féminine dans l'Antiquité grecque et romaine, publié par sa propre maison d'édition, et en profitait pour plus qu'égratigner les Gender Studies ("en français: propagande féministe") et Michel Foucault ("prolifique touche-à-tout de l'espèce philosophe dont l'oeuvre recèle de fulgurantes intuitions noyées dans un n'importe quoi clinquant, de l'apologie servile del'iman Khomeyni à la célébration du fist-fucking en passant par une surprenante Histoire de la sexualité"). On peut résumer sa critique en citant l'un de ses passages le moins violent: "Ouvrage tout à fait remarquable, puisque son ambition est de traiter en quatre cents pages d'un sujet inexistant en se fondant sur un matériau que l'on peut rassembler, avec une grande bonne volonté, en une demi-douzaine de pages." Caroline Noirot, la Présidente du Directoire de la maison d'édition, défend cette semaine dans un email sa décision de publier l'ouvrage. Le lendemain, imperturbable, Michel Desgranges parle dans sa chronique de L'Art d'enseigner de Martin Heidegger...

2007.11.25

mercredi 31 octobre 2007

Microtrends

Sunday, October 28th 2007

In the past, small minorities remained invisible and powerless because individual members were scattered amid larger groups without any mean to communicate. Today, the tremendous growth of urban life, the internet, the balkanization of communications, and the global economy have changed all that. Small groups can form, communicate, grow, be identified and targeted therefore exercing influence and power through these new, emerging, and sometimes counterintuitive trends.
Mark Penn is the CEO of the public relation firm Burston-Marsteller and president of the polling firm Penn, Schoen and Berland Associates. He is the key advisor of Hillary Clinton for her 2008 presidential campaign, after having successefully helped her to be elected Senator of the state of New York.
Microtrends (Twelve, 2007) the book he wrote with Kinney Zalesne is about these new trends which are shaping the world. "There are no longer a couple of megaforces sweeping us all along. Instead, America and the world are being pulled apart by an intricated maze of choices, accumulating in 'microtrends' - small, under-the-radar forces that can involve as little as 1 percent of the population, but which are powerfully shaping our society. (...) In fact, by the time a trend hits 1 percent, it is ready to spawn a hit movie, best-selling book, or new political movement."
Among the 75 'microtrends' described in the book, some are more interesting than others, some are relatively expected (Extreme Commuters, Stay-at-Home Workers, 30-Winkers: people not sleeping enough, etc.), some are more surprising (Cougars: women dating younger men often without a long-term commitment, Southpaws Unbound: more left-handers, Pro-Semites, Long Attention Spanners, etc.). If the number of single women in America has increased it is because "whatever the actual number of gay people may be, gay men outnumber lesbians in America by approximately 2 to 1." Based on several studies Mark Penn hypothesizes that 5 percent of US adults are gay, 7.5 million gay men and 3.5 million lesbians. "Late-Breaking Gays" are also on the rise, according to him. The number of men in america who are or were married and who report having had sex with other men is over 1.2 million. The rise seems attibutable to the increasing acceptance of homosexuality.

In the
New York Times Book Review a review of the first story collection from a physician, Vincent Lam, draw my attention. "Lam is better when he emphasizes the inherent strength of his material. He is himself an emergency physician and thus brings to mind Somerset Maughan, William Carlos Williams and Chekhov - the first is a former medical student and the others doctors for the whole of their literary careers. But Lam's work fits better among that of nonfiction writers like Jerome Groopman, Sherwin Nuland and Atul Gawande. He writes what is sometimes called 'documentary fiction', providing an insider's view of his field."

As does the short mention of a book under the Editors' Choice heading in the Best Seller list section:
High Season, by Jon Loomis (St. Martin's Minotaur, $23.95). A married televangelist turns up dead at a gay men's beach in a muumuu. A whodunit ensues.

lundi 22 octobre 2007

How Starbucks Saved my Life

Sunday, October 21st 2007

Michael Gates Gill's book,
How Starbucks Saved my Life (Gotham Books, 2007), is an attractive book - before you read it.
The author is a former successful advertising executive who lost his job in his fifties, after the new owner of his firm, the J. Walter Thompson agency in New York, decided to focus on the bottom line and claimed "I like young people around me." He hardly makes a living from consulting during a few years afterwards, has an affair with a young woman who falls pregnant, and spends all the money he had set aside in a divorce and in college tuition for his four kids. He ends up broke, living alone in a small rented apartment, without health insurance and a newly diagnosed brain tumor. He is now 63 years old. Miraculously he is offered a job at a Starbucks café in Manhattan Upper West Side. As part of the job he gets a good health insurance. He finds happiness in his new, simple and straightforward, life. "I am happier than I have ever been", he realizes on a cold December night when he walks out of his store. Does it mean that his 64 previous years have been a waste? "I hated to think that my whole life had been a lie." It looks like a coming-out story.
The book is scattered with reminiscences of his youth, when he was growing in a wealthy family on the Upper East Side, before moving into a mansion in an upscale suburb town, vacationing in the hills of Connecticut and studying at Yale. The portraits of his father, the renowned
New Yorker writer Brendan Gill, and his numerous famous literary friends are appealing. His firing at JWT, the quick dissolution of his relationship after the birth of his last son ("She imagined me as a man at the top of America, fulfilled, productive, successful, and happy. She got to know me as I was: an insecure little boy not that good at dealing with reality"), the portrait of the surgeon he sees for his neurinoma, the extraordinary way in which his mother, who 'lived in the full bloom of New England optimistic denial', does not dare telling him that his father has died, are all greatly depicted.
Unfortunately the book is spoiled by the scenes at Starbucks. They read like an upsetting advertising for the company, and display very dull and simplistic lessons. They are simply not credible. The quotes from the Starbucks cups at the head of every chapter are pitiful.

Senator John McCain's campaign for the Republican nomination seemed over. He was trailing in polls, unable to raise enough funds, and had to fire his top aids last July. But now he is back. In polls he is reducing his lag behind Giuliani, the Republican frontrunner, and appears to have a better chance of beating Hillary Clinton in the general election. And the surge in Irak, which he strongly supported, could be delivering results... The fact that he finished last with less that 2% of the votes in a poll at the Christian conservatives summit this week-end in Washington DC makes him sympathetic. To those who question his age (he is 71-year-old), he points to his mother. The
Financial Times reports in its week-end edition that 95-year-old Roberta McCain was fined by the Arizona highway police last year for driving at 110 mph. She leaps on and off the campaign bus without assistance. "The Christmas before last", says John McCain, "she went to Paris and they refused to rent her a car because of her age. So she went out and bought one."

For the last week or so, the weather has been unusually warm, with temperatures raising to the high 70s. The fall foliage colors are at their peak in this part of Connecticut. The conditions are perfect for reading outside on a deck, while smoking a cigar, and from time to time admiring the view. David Leavitt's last novel,
The Indian Clerk (Bloomsbury, 2007), which I started over the week-end, seems very promising. I will tell you more about it.

mardi 9 octobre 2007

Edmund White, Mahmoud Ahmadinejad

Sunday, October 7th 2007

Edmund White's last book is puzzling.
Hotel de Dream (Ecco, 2007) narrates the last weeks in the life of the American writer Stephen Crane (not to be confused with the gay poet Hart Crane). Having retreated to England with his wife Cora, to avoid gossip about her past as owner of the Florida bordello which provides the title of the novel, he is dying from tuberculosis at the age of twenty-eight. In his feverish state he remembers his days as a journalist in New York in the 1890s, when he met a boy prostitute who was been courted by a married man who ruined his life to wins the boy's love. He starts dictating a novel based on this story to Cora, The Painted Boy. This fictitious novel is the basis of a large part of White's book. Although the circumstances of Crane's last days are based on facts, the encounter with the boy prostitute and the dictation of the novel are invented, based on some very doubtful biographic details reported after his death, as Edmund White explains in a short postface. "Crane is one of the classic American authors of the nineteenth century, along with Hawthorne, Melville, Dickinson, Emerson, Thoreau, Whitman, and James, but in many ways he remains one of the most mysterious. Of course this very obscurity has provided me with the space necessary to invent. I have tried to imagine in this book what 'Flowers of Asphalt' (the title of the book which would have been chosen by Crane, according to the posthumous doubtful biographic information) might have been like, though not one word of it is extant. How would a heterosexual man who had wide human sympathies, an affection for prostitutes, a keen, compassionate curiosity about the poor and downtrodden, a terminal disease - how would such a man have responded to male homosexuality if he was confronted with it? How would he have thought about it in a era when homosexuals themselves were groping for explanations of their proclivities?" The character of Theodore Koch, the married man, is not very credible, at least at first view, which is the major flaw of the book. Cora is very successfully depicted, together with "Crane's literary milieu, the urban gay subculture of his time, and the relationship of a writer's experience to his fiction", as reports the New Yorker.
Edmund Wilson, the great literary critic of the 20th century, suggested the idea of an American Pléiade, which the Library of America has embarked on. Coincidentaly, two volumes collecting his critics from the 20s through the 40s have just been published. Wilson did not have a high opinion of the post-Civil War literary world. During that period, he wrote, Stephen Crane "was a vortex of intensity in a generally stagnant sea."

Ahmoud Ahmadinejad, the Iranian president, visiting New York last month for the United Nations General Assembly, was invited by Columbia University to give a speach and answer questions. The invitation generated a lot of controversy. In an unexpected turn around Newt Gringrich, the former Republican Speaker of the House, became the most ardent defender of gays rights, stating that the head of a state which executed homosexuals should not be given the opportunity to talk! The issue was raised by the moderator during the debate. "We do not have homosexuals in Iran" did he answer most seriously, eliciting a big laughter from the attendance, "Where did you get that from?"
Certainly there are no Iranian bars among the world top 50 best gay bars listed by
Out magazine (October). One is in New Haven (Gotham Citi). Paris (Okawa, Le Raidd, L'Insolite and Le Queen) and New York (Therapy, Cubby Hole, NK and Splash) both have 4 bars listed, the largest number of any other city.

mercredi 12 septembre 2007

Superbad, les Variations Goldberg

Dimanche 9 septembre 2007

Superbad (Columba Pictures, Greg Mottola), produit par Judd Apatow, est un film de la même veine que The 40-Year-Old Virgin et Knocked Up, dont ce dernier était le réalisateur. Il s'agit d'une comédie burlesque qui évoque des sujets sérieux: l'amour, l'amitié. C'est la fin des cours pour les élèves de dernière année dans une high school typique de la banlieue américaine. Filles et garçons n'ont qu'une chose en tête: comment perdre leur virginité avant de partir pour l'université? La caméra suit les aventures de trois copains: le gros Seth (Jonah Hill), optimiste et jovial, l'élégant Evan (Michael Cera), cérébral et sérieux, son inséparable alter-ego, et le dernier de la bande, Fogell, le petit binoclard qui ne veut pas en rater une (l'excellent Christopher Mintz-Plasse ). Ils ont promis d'apporter les boissons alcoolisées à la soirée organisée par les filles de leur classe où ils espèrent que l'alcool les aidera à atteindre leur but... Les difficultés commencent avec l'achat de la gnôle, puisqu'aucun des trois n'a l'age requis par la loi américaine pour, ne serait-ce que, pénétrer dans un magasin de spiritueux. Fogell a un sésame: il a obtenu un faux permis de conduire au nom d'un McLovin, un Hawaien doneur d'organe, agé de 25 ans! Au moment où il est sur le point de réussir son coup, une tentative de hold-up dans la boutique provoque l'intervention d'une patrouille de police et entraîne des complications les unes plus drôles que les autres. Les deux policiers semblent d'ailleurs tout droit sortis de Docteur Folamour de Stanley Kubrick. Comme le souligne David Denby dans sa critique du New Yorker, un parfum d'homo-érotisme flotte au-dessus de la relation entre Seth et Evan. Un des moments les plus drôles du film est celui où dans un flash-back Seth raconte comment il ne pouvait s'empêcher, lorsqu'il était petit garçon, de dessiner de façon obsessionnelle des phallus. Suit une galerie de dessins, repris dans le générique de fin, absolument hilarants, de sexes masculins dans les contextes les plus inimaginables.

Après la sortie chez Sony d'un nouvel enregistrement des
Variations Goldberg par Glenn Gould, 24 ans après sa mort, sur un piano Yamaha de concert, rendu possible par une technologie numérique développée par les studios Zenph, on parle beaucoup du premier enregistrement de la pianiste Simone Dinnerstein. La soliste de 34 ans, une drop-out de la Julliard School, a débuté en concert en novembre 2005 en jouant les Variations Goldberg dans une interprétation très personnelle. La longue Aria initiale, pensive, hésitante, semble lutter pour s'extraire du silence, écrit Anne Midgette, dans le New York Times, à l'occasion de la sortie du cd chez Telarc.

dimanche 9 septembre 2007

Larry Craig, sénateur de l'Idaho

Dimanche 2 septembre 2007

Le scandale a éclaté soudainement et pris des proportions inimaginables. Pour le commun des mortels tout a commencé mardi matin (28 août). J'ai personnellement entendu l'information sur
NPR dans la voiture. Pour les gens du sérail, journalistes, commentateurs, stratèges politiques et autres consultants, les téléphones portables et les blackberries ont commencé à vibrer dès lundi. Mardi soir les médias télévisés lui accordaient une place de choix et repassaient en boucle la conférence de presse où Larry Craig avait lu une déclaration quelques heures plus tôt dans la journée: "Je ne suis pas gay. Je n'ai jamais été gay."
Reprenons. Lundi
Roll Call, un journal du Capitol, révèle que le sénateur de l'Idaho a été arrêté en juin dans des toilettes publiques de l'aéroport de Minneapolis après avoir fait des avances à un policier en civil qui surveillait les lieux. Tous les détails du comportement du sénateur sont fournis: une chorégraphie qui aurait plu à Marcel Proust, un véritable guide pratique pour tout amateur. (Quelques jours plus tard la bande sonore de la confrontation entre le policier et le sénateur, immédiatement après son arrestation, sera diffusée sur internet.) Ce dernier soutient que le policier s'est mépris sur ses intentions. Début août, espérant que l'affaire restera confidentielle, il plaide coupable de conduite contraire aux bonnes moeurs et paie une amende de 500 dollars.
Le lendemain des révélations de
Roll Call, l'Idaho Statesman, le principal quotidien de l'Idaho, publie un long papier reprenant l'enquête qu'il a conduite pendant plusieurs mois l'hiver dernier, cherchant à vérifier les accusations d'un blogger sur l'homosexualité présumée du sénateur. A l'époque le journal avait décidé de ne pas publier d'article après une confrontation avec Larry Craig et son épouse où ce dernier avait nié en bloc. (Mercredi, la bande de cet entretien circulait sur internet.)
Peu après que les informations soient sorties cette semaine les ténors républicains ont appelé à sa démission et l'ont déchu de ses fonctions dans plusieurs commissions du sénat. Mitt Romney, l'un des principaux candidats à l'investiture républicaine pour les élections présidentielles de 2008, lui a retiré la présidence de sa campagne présidentielle au sénat. La menace d'une enquête parlementaire, enfin, a probablement conduit le sénateur à annoncer sa démission samedi, moins d'une semaine après l'article de
Roll Call.
Évidemment le scandale fait un peu désordre chez les Républicains, un an après l'affaire Foley, et deux mois après l'arrestation d'un représentant de Floride pour une histoire de fellation dans des toilettes publiques d'un parc.
Larry Craig n'a pas besoin qu'on prenne sa défense. Il s'est toujours opposé au mariage gay et à la pénalisation de l'homophobie. Deux choses sont tout de même choquantes. Que des agents de la force publique soient planqués dans des toilettes publiques pour arrêter des hommes draguant d'autres hommes est choquant. Que les amis politiques de Larry Craig l'aient lâché si vite parce qu'il s'agit d'une affaire gay ne l'est pas moins.

mercredi 29 août 2007

Back to school, And the Band Played on

Dimanche 26 août 2007

C'est bientôt la rentrée pour les élèves américains, back to school comme on dit ici. Les bus jaunes vont à nouveau sillonner les routes du pays. Dans le comté de Montgomery au Maryland, les élèves de grades 8 (notre 4ème) et 10 (notre seconde) devraient, dans le cadre de leurs cours d'éducation sexuelle, recevoir une formation sur l'homosexualité. Son principal message: respect et tolérance envers les autres et envers soi. Le comté de Montgomery est une enclave privilégiée et libérale au nord de la capitale américaine. L'attitude de ses habitants va bien au-delà de celle de l'Amérique moyenne. Que les fanatiques se rassurent: le nombre de gays n'augmentera pas dans le comté de Montgomery. Peut-être y aura-t-il simplement moins d'adolescents dépressifs et suicidaires.

Le
New York Times de dimanche dernier publiait le portrait d'un couple gay ayant adopté un enfant. Cela ressemble à s'y méprendre à ce qui se passe chez les couples hétérosexuels.
And the Band Played On, publié par Randy Shilts en 1987 raconte l'histoire des premières années de l'épidémie de Sida. C'est un récit précis écrit de l'intérieur par un ancien journaliste du San Francisco Chronicle qui suivit l'épidémie depuis le début. C'est aussi un portrait vivant des mentalités de l'époque. (Ça se lit comme un polar)
Entre les années 80 qui représentent l'aboutissement de la période post-Stonewall et de ses mouvements de libérations homosexuels, et aujourd'hui, où le
New York Times publie les faire-part de mariages gay, quel changement! Les gays exigeaient de pouvoir vivre librement leur identité (avec tous les excès que cela signifiait, notamment sexuels). Aujourd'hui ils veulent simplement vivre comme tout le monde.

Très bon papier sur la maladie de Lesch-Nyhan dans le
New Yorker du 13 août. Comme d'habitude: captivant, bien documenté, se lisant tout seul. La maladie, liée à une mutation sur un gène porté par le chromosome X, se traduit par des troubles moteurs et une auto-agressivité qui conduit à des mutilations plus ou moins importantes (plutôt plus que moins). Les malades savent qu'ils se font du mal mais ils n'y peuvent rien. L'auteur de l'article raconte la découverte de la maladie dans les années 60 par le Dr. Nyhan et l'étudiant en médecine Lesch. Il décrit sa rencontre et ses entretiens avec deux adultes atteints par la maladie. C'est assez étonnant.

mardi 21 août 2007

Enquêtes sexuelles et mathématiques, Yale

Dimanche, 19 août 2007

On lit souvent dans les enquêtes sur les comportements sexuels que les hommes ont, en moyenne, plus de partenaires sexuels que les femmes. Ce qui ne surprend guère personne. Eh bien, ce n'est pas possible! Mathématiquement ce nombre doit être le même, nous apprend un article du
New York Times. L'hypothèse avancée pour expliquer la différence? Les femmes minimisent leur nombre de partenaires parce que, culturellement, elles ne sont pas censées en avoir un grand nombre; les hommes les majorent pour la raison inverse!

J'ai été invité cette semaine à une exposition à la Bienecke Library de Yale. Un des senior partners de la Law Firm avec laquelle nous travaillons, un ancien de Yale, collectionne depuis les années 90 des éditions originales de Rudyard Kipling. À l'occasion du quarantième anniversaire de sa promotion, qui tombait cette année, il a décidé de faire don de sa collection à la Bienecke Library où sont conservés les livres anciens et les manuscrits de l'Université. Il organisait ce mardi 14 août une visite guidée de sa collection suivie d'un cocktail.
Comme une grande partie de la côte du Connecticut, New Haven se dévoile aux visiteurs par des faubourgs peu attirants, fruits d'une désindustrialisation rampante dans la seconde moitié du siècle dernier.
Lorsqu'on arrive aux abords du campus de Yale l'impression est d'autant plus contrastée: petites rues tranquilles bordées d'édifices gothiques séparés par des cours ou des pelouses.
De l'extérieur le bâtiment abritant la bibliothèque, inauguré en 1963, semble assez banal hormis l'absence de fenêtres: un bloc de granit et de marbre de cinq étages reposant sur une structure centrale et quatre pieds en forme de pyramides tronquées aux angles. L'intérieur est autrement impressionnant. C'est un hall aux dimensions et à l'atmosphère de cathédrale dont le centre est occupé par une tour de verre géante où sont conservés les livres. Les murs extérieurs s'élèvent sur toute la hauteur du bâtiment. Le réseau géométrique de granit délimite de grands panneaux carrés de marbre gris du Vermont, translucides, de 3 cm d'épaisseur, qui s'animent de couleurs fauves variant au gré de l'exposition solaire. Le dispositif protège les volumes des rayons ultraviolets tout en procurant un éclairage naturel et vivant. L'effet est saisissant.
Très peu d'invités sont déjà arrivés. L'épouse de David Richards me donne quelques précisions sur l'origine de la collection. Elle était la secrétaire du président de l'Université dont les bureaux se trouvent en face de la Bibliothèque lorsqu'elle fit la connaissant de David qui suivait les cours de la faculté de droit. La collection est évaluée à un million et demi de dollars, me dit-elle. Les invités sont principalement des clients et quelques partners. Ces derniers, tous en costumes et en cravates, ont une allure très traditionnelle, conservatrice. Même les plus jeunes ont l'air vieux. Vers 19h David commence la visite guidée. Il est en costume Prince de Galles croisé, chemise rayée et cravate. Il parle presque sans interruption, la voix cassée, lunettes à monture dorée, l'épaule droite plus basse que l'autre, un verre de vin rouge au bout du bras gauche qui pend le long de son corps. La voix n'est pas désagréable, même si elle est un peu monocorde. Je n'arrive pas vraiment à m'intéresser à Rudyard Kipling.
Je suis retourné ce week-end à New Haven. Son atmosphère est décidément très gaie, même en ce mois d'août où l'université est désertée par les étudiants. D'ailleurs je tombe, en surfant sur le net, sur une exposition qui fut présentée à Yale en 2004 intitulée
The Pink and The Blue: 
Lesbian and Gay Life at Yale and in Connecticut, 1642-2004. Larry Kramer, Eve Kosofsky Sedgwick, George Chauncey, John Boswell, David Leavitt, Judith Butler, icônes du monde intellectuel gay de la seconde moitié du XXème siècle, furent tous des élèves ou des professeurs de Yale. Dans une de ses premières nouvelles David Leavitt, dont le prochain roman, The Indian Clerk, paraît le mois prochain, qualifait Yale de "l'école gaie".

lundi 13 août 2007

The Secret Live of Married Men

Dimanche, 12 août 2007

Je ne lis habituellement pas le
New York Magazine. Je devrais probablement car il y a de temps en temps dans cet hebdomadaire des articles intéressants. Par exemple des tuyaux sur les meilleurs hamburgers de la ville (Resto, 111 E. 29th St.). Mais ce n'est pas pour cela que je vous en parle. Un des participants à la réunion du Center à laquelle j'ai participé un soir de la semaine dernière a mentionné, à la fin de la réunion, qu'il y avait dans le dernier numéro du New York Magazine un article sur un homme gay, marié, père d'un jeune enfant, menant une double vie depuis une vingtaine d'années. L'histoire est en fait assez banale. Plusieurs livres (voir par exemple, The Secret Lives of Married Men, David Leddick, 2003, Alyson et The Confession, James McGreevey, 2006, Regan) ont été publié sur ce thème. Une jeunesse dans le placard, à New York, où il n'ose pas assumer son homosexualité, faite de rencontres sans lendemain. Une pression sociale qui conduit au mariage avec une jeune femme dont il se dit amoureux à l'aube de la trentaine. Puis la double vie qui dure jusqu'à ce jour. David Amsden, l'auteur de l'article, a beau avoir du mal à imaginer un homme gay dans le placard à New York en 2007, il est obligé de se rendre à l'évidence. Et celui qu'il nomme William n'est pas seul. Le New York Times avait publié l'an dernier un très bon papier sur le sujet intitulé: "When the beard is too painful to remove" de Jane Gross (3 août 2006).

mardi 7 août 2007

La cage aux folles, les bonobos et John Weir

Dimanche, 5 août 2007

L'ironie du sort veut que j'aie été voir
I Pronounce You Larry and Chuck (Dennis Dugan, Universal) le jour même où disparaissait Michel Serrault, surtout connu aux Etats-unis pour La cage aux folles. Les critiques du New York Times et du Wall Street Journal sont mauvaises, stigmatisant les stéréotypes du film. L'histoire est celle de deux pompiers de New York, meilleurs copains du monde dans la vie. Pour faire bénéficier ses deux jeunes enfants de son assurance-décès Larry, inconsolable depuis la mort de sa femme, convainc Chuck de contracter un partenariat avec lui, puis, enquête de la compagnie d'assurance oblige, de se marier (au Canada), etc, etc, etc. C'est vrai que le film n'est pas bon, mais on ne peut s'empêcher de rire.

Dans le train, en me rendant à Manhattan, je lis un article du
New Yorker sur les bonobos. Je me surprends parfois à lire des choses incroyables. Les bonobos sont les cousins des chimpanzés. Ils vivent sur la rive sud du fleuve Congo. Ils ont la réputation d'être de véritables hippies et de faire l'amour, pas la guerre. Leurs groupes sont dominés par les femelles, non par les mâles, et leur sexualité est débridée. Frans de Waal est devenu célèbre en les étudiant en captivité et leur a consacré plusieurs publications dont un livre de photographies qui ont fait le tour du monde (Bonobo: The Forgotten Ape, 1997). Dans un papier scientifique issu de ses observations dans le zoo de San Diego (Californie) en 1983-1984 il rapportait que ces singes semblaient forniquer plus souvent, et de façon plus variée, que nécessaire. Il décrivait 17 épisodes de fellations (en lisant cela je ne peux m'empêcher de me demander s'il s'agissait de fellations hétéro ou homosexuelles, et si les singes avalaient...) et 420 acouplements à la missionnaire. Il constata également 43 baisers, certains avec de longs contacts entre les langues.
Ian Parker, l'auteur du papier dans le
New Yorker, a suivi en Afrique Gottfried Hohmann, un anthropologue allemand, qui étudie les bonobos sur le terrain. Leur comportement et leur organisation semblent plus complexes en liberté qu'en captivité. Hohmann espère mieux les comprendre. Il ne publiera pas de livre avant. Je l'attends avec impatience.

On est vendredi soir. Je veux assister à une réunion du Center (le centre LGBT) dans Greenwich Village, mais elle ne commence qu'à 20h. En attendant je vais me promener. Je me dirige instinctivement vers la librairie Three Lives & Co. Je cherche un roman pour me distraire. La librairie occupe un angle entre la 10ème rue et Waverly Place, en face d'un des plus vieux bars gays du Village, Julius'. Je finis par sélectionner un petit volume publié chez Penguin en paperback:
What I did wrong, de John Weir. Je n'ai jamais entendu parler ni de l'auteur ni du livre qui est paru en 2006 chez Viking. Le texte n'est pas trop long, 240 pages environ. Le résumé en quatrième de couverture ne me laisse pas indifférent. Le narrateur, un homosexuel de 42 ans, professeurd'Anglais au Queens College et vivant à Manhattan, est hanté par la disparition du plus proche de ses amis décimés par le Sida. Il remet au cause toutes les certitudes qu’il avait au sujet de son homosexualité. Une citation de Edmund White imprimée au dessus du titre finit de me convaincre (“…l’un des meilleurs livres sur la vie des gens ordinaires à New York aujourd ’hui.”), ainsi que quelques phrases glanées sur la première page: “Je suis dans le Village, assis dans un café, et je bois du thé noir, rechargeant les batteries pour les cent prochaines années, en lisant Ravelstein de Saul Bellow qui raconte l'histoire d'un mort”.
Je pensais que les livres sur le sida c'était fini. Mais le narrateur est arrivé à New York en même temps que le sida, dit-il. Et la plupart des gays qu'il rencontre vont mourir. Zack est le grand portrait du livre. Insupportable, désagréable, tyrannique, capricieux, égocentrique, provocateur, c'est le meilleur ami du narrateur. Même lorsqu'il est en phase terminale de sa maladie, ayant perdu plus d'un tiers de son poids et en proie à une diarrhée quasi permante il demeure fidèle à son personnage. Lorsque Ava, leur amie commune, rapporte au narrateur que Zack a demandé de ses nouvelles, il réalise que c'est la fin.
Le livre est plein de références littéraires (de Melville à Cheever), souvent drôle, et truffé d'invraisemblables coïncidences. Et il donne effectivement une bonne description de la façon dont vit à New York un professeur de collège homosexuel, écrivain, en ce début de siècle. La tension du roman est maintenue par l'amour qui naît entre ce dernier et l'un de ses étudiants, poète en herbe, a priori hétérosexuel: coucheront-ils ensemble?

Jeux de Dames, athlètes et cowboys

Dimanche, 29 juillet 2007

Le jeu de Dames a été résolu. Des chercheurs de l'Université d'Alberta qui travaillent depuis des années sur un programme de jeu de Dames qu'ils ont baptisé Chinook viennent de publier un article dans la revue
Science dans lequel ils prouvent qu'ils ont résolu le jeu: deux opposants jouant parfaitement ne peuvent obtenir qu'une nulle. Autrement dit, le jeu de Dames est réduit à un simple morpion. 500 milliard milliard positions possibles, contre 765 pour le morpion cependant...A quand le jeu d'échecs? D'après les spécialistes les échecs ne sont pas près d'être résolus en raison de leur complexité qui est d'un autre niveau...

David Mixner consacre son posting du 25 juillet au dernier livre de Patricia Nell Warren,
The Lavender Locker Room, sur les athlètes homosexuels des trois derniers millénaires. Rien que cela... Il en fait l'éloge, qualifiant le livre de drôle, intéressant et important. Il rappelle que Warren a fait rêver les gens de sa génération avec son roman The Front Runner, racontant l'amour d'un coach pour un joueur. Ce livre fut le premier best seller à s'attaquer au mythe de l'absence d'homosexuels dans le sport. Il ouvrit la voie à une vague d'articles de presse sur l'homosexualité dans le monde du sport, et fut d'une certaine manière une inspiration pour quelques stars qui firent leur coming out.

Dans un numéro de juin du
New Yorker je tombe sur une critique de rééditions récentes en DVD de films de Howard Hawks. Sa lecture me donne envie de revoir Scarface (Universal, 1932) et Rio Bravo (Warners, 1959). C'est dans Scarface que se trouve cette scène célèbre où le gangster Guino surprend son compère Tony Camonte jouant avec le canon du pistolet d'Angelo, son homme à tout faire: l'embarra collectif visible sur toutes les faces en dit long sur ce que Hawks avait en tête. Dans Rio Bravo John T. Chance (John Wayne), le shérif d'une petite bourgade, retient dans sa prison un meurtrier que son frère et ses hommes de main essayent de libérer. Autour de Chance gravitent trois hommes dans une danse homo-érotique.

jeudi 26 juillet 2007

I should have known, Memories of a Gay Married Man

Dimanche, 22 juillet 2007

The Advocate, le magazine national gay le plus influent aux États-Unis, vient de décider d'offrir à ses abonnés la possibilité de ne plus recevoir leurs numéros 'sous plis discrets'. Jusqu'à présent les abonnés recevaient, deux fois par mois, leur magazine dans une enveloppe en plastique gris. Dorénavant ils pourront supprimer cette option en se rendant sur le site web du journal. Une enquête menée auprès d'un groupe d'abonnés a révélé que la grande majorité d'entre eux étaient favorables à cette mesure.

Le Sénat doit confirmer dans ses fonctions le Surgeon General nominé par le président Bush. Les auditions ont eues lieu la semaine dernière. Son prédécesseur, qui a fini un mandat de 4 ans en juillet 2006, a récemment déclaré à une commission d'enquête de la Chambre des Représentants qu'il avait fait l'objet de pressions constantes de la part de collaborateurs du président pour qu'il adapte son discours aux positions de la droite conservatrice, par exemple sur l'éducation sexuelle, la thérapie génique, etc. Le Surgeon General est la plus haute autorité médicale du pays. Il conseille le Secrétaire à la Santé sur les sujets de Santé publique et scientifiques. En mai George W. Bush nommait le Dr. James W. Holsinger, Jr. à ce poste. Ce dernier, professeur de médecine de l'Université de Kentucky, s'est fait connaître pour sa lutte contre le tabac et l'obésité des enfants. Un choix consensuel, semblait-il. C'était sans compter sur les groupes de défense des droits gays qui ont dénoncé un rapport, rédigé par le Dr. Holsingeren 1991 à la demande d'une église, dans lequel il qualifiait les actes sexuels homosexuels de malsains et contre-nature. Sous un barrage de questions il s'est défendu en affirmant que le rapport ne correspondait pas à ses vues actuelles, n'était pas destiné à être publié et était loin de constituer un travail scientifique. S'il est confirmé, il démissionnerait plutôt que d'accepter de dire n'importe quoi, a-t-il ajouté. Ah bon? Le vote du Sénat est prévu en septembre.

Un livre récent,
I Should Have known, Memories of a Gay Married Man, de Dean Gardner Ostrum, trouvé dans la libraire Three Lives & Company de Greenwich Village, m'incite à vous parler d'autobiographies publiées ces dernières années par des homosexuels ayant été mariés. En plus de celle d'Ostrum, j'extirpe de ma bibliothèque les ouvrages suivants: Going the Other Way de Billy Bean (Marlowe & Company, 2003) et The Confession de James E. McGreevey (Regan, 2006).
L'ouvrage de McGreevey, l'ancien gouverneur du New Jersey, n'exsude pas la sincérité. On le sent encore en campagne.
Le livre d'Ostrum me paraît sincère. Même si certains passages sont superflus et ressemblent à des pièces rapportées, et le point de vue très américain, truffé de remerciements (à mon père, à ma mère, à mon ex-femme, à mes enfants, à mes amis, qui m'ont accepté tel que je suis, et m'ont permis de vivre ouvertement ma vraie nature, même si je ne le mérite pas après tout le mal que je leur ai fait, sans le vouloir, etc, etc, etc), l'ensemble est un témoignage direct intéressant, atypique, d'une homme vivant sans honte, dans les années qui suivirent la deuxième guerre mondiale, son homosexualité et une double-vie. Surtout, ce qui est extraordinaire, c'est de découvrir un homme qui commence à vivre ouvertement son homosexualité à l'âge de 55 ans, tout en enchaînant une nouvelle activité professionnelle, ou semi-professionnelle, après avoir pris sa retraite de juriste. Bien sûr cela se passe à New York. Mais tout a commencé des années plus tôt, en 1922, dans une petite ville du Kansas, dans l'Amérique profonde, lorsque naît le petit Dean. Il nous raconte son enfance et son adolescence. Il sort avec des filles, mais il les respecte, comme le veut alors la morale publique, et trouve un exutoire au trop plein d'énergie sexuelle dans la masturbation réciproque avec des camarades (dont la plupart, d'ailleurs, sont hétérosexuels) au lycée et à l'université. Il se marie avec une étudiante alors qu'il est encore à l'université. Ils auront quatre enfants. Il est mobilisé en 1943 et participe au débarquement l'année suivante. Première expérience homosexuelle, depuis qu'il est marié, avec un officier à Berlin à la fin de la guerre. Par la suite il mènera une double vie en ayant des relations homosexuelles plus ou moins suivies tout en vivant une vie rangée de père de famille: il profite du meilleur des deux mondes, se dit-il. Son travail l'amène a déménager plusieurs fois à travers les Etats-unis, jusqu'à son installation dans la région de New York. En 1977 sa femme le confronte: "Tes enfants veulent savoir si Richard est ton amant?" Plusieurs choses m'ont déplu dans cet autoportrait: les photos de vacances, tellement stereotypées, avec son compagnon dans les caraïbes; la liaison temporaire qu'il entretien avec un styliste californien rencontré à Paris, nettement plus jeune que lui, dont la photo dans le Grand Canyon révèle une physionomie typée; surtout, si j'ai bien compris, une vie sexuelle d'où est absente la pénétration, ce qui pour moi dénote une intimité inaboutie (ai-je tort?).
Le livre de Billy Bean, un ancien joueur de baseball professionnel, est différent. Son mariage n'a duré que trois ans, avec peu de périodes de vie commune à cause de son activité professionnelle, et il n'a pas eu d'enfants. J'en ai gardé le souvenir d'un des meilleurs récits de découverte et d'acceptation de sa sexualtié par un homosexuel. Il faudrait que je le relise...

mercredi 18 juillet 2007

The gayest house in America

Dimanche 15 juillet 2007

Je voulais vous parler de la Glass House qui vient d'ouvrir au public à New Canaan dans le Connecticut. Il s'agit de la maison que l'architecte américain Philip Johnson s'est fait construire à une quarantaine de kilomètres de New York pour y passer ses week-ends. Philip Johnson au cours de sa longue vie a eu une influence considérable sur l'architecture moderne aux États-Unis. D'un plan extrêmement simple, la maison est construite autour d'une structure centrale en brique qui contient la salle de bain et une cheminée. Ses murs extérieurs sont constitués de panneaux de verre. L'ameublement est minimal: une lit de repos et des fauteuils. Un seul tableau, de Nicolas Poussin, posé sur un chevalet. La Glass House est couplée à la Brick House. Construite en même temps, séparée d'elle par une pelouse, elle en est l'exact opposé: tout en brique, avec peu d'ouverture. Cette dichotomie entre ce qui est montré et ce qui est caché l'a faite qualifier de 'the gayest house in America' par le
Washington Post dans un article de juin.
La propriété que l'architecte a agrandie progressivement en rachetant des parcelles et sur laquelle il a construit plusieurs autres bâtiments, a été léguée en 1986 au National Trust for Historic Preservation. Johnson en avait gardé l'usufruit pour lui et son compagnon. Tous deux sont morts en 2005 à quelques mois d'intervalle. Depuis le mois de juin des visites en petits groupes sont possibles d'avril à octobre en réservant à l'avance. Je n'ai pas pu obtenir de place: c'est complet jusqu'à l'année prochaine! J'ai donc renoncé à vous en parler davantage. Au lieu de me rendre à New Canaan je me suis plongé dans la biographie de Johnson publiée en 1996 par Franz Schulze. J'en ai reçu un exemplaire impeccable en la commandant sur Abebooks.com. Le personnage n'est guère sympathique au premier regard. Autoritaire, sympathisant nazi en son temps, avant de s'en repentir, portant d'épaisses lunettes rondes un peu ridicules. Mais j'ai envie d'en savoir plus. Je vous en reparle.

Dans la section Immobilier du
New York Times de ce dimanche le titre d'un article retient mon attention: "Do Ask, Do Tell". C'est le portrait de David Mixner, un activiste GLBT, au travers de la maison qu'il a achetée l'automne dernier en pleine campagne new-yorkaise: il y a en quelque sorte pris sa retraite. Ses amis et la plupart des gens de sa génération qu'il connaissait sont morts du sida. Sa vie à Manhattan n'avait plus de sens. Il est gros, a du mal à se déplacer. Sa principale activité est la publication d'un blog dans lequel il écrit tous les jours. Le 13 juillet: "Andrew Goldstein, a star Lacrosse player for Darmouth University, has an inspirational coming out story." Suit une vidéo de YouTube. Plus les homosexuels décident de vivre ouvertement, plus les chances sont grandes pour que tout un chacun connaisse personnellement un gay qu'il apprécie ou estime dans son entourage. Cercle vertueux banalisant l'homosexualité dans la population générale, au moins dans la partie des États-Unis où je vis.

mercredi 27 juin 2007

Le mariage gay dans le Massachusetts

Dimanche 24 juin 2007

Une proposition d’amendement constitutionnel définissant le mariage comme une union entre un homme et une femme a été rejetée la semaine dernière dans le Massachusetts. L’amendement nécessitait 50 votes en sa faveur dans les assemblées de l’état pour être faire l’objet d’un référendum en novembre 2008. Un nouvelle tentative des opposants au mariage homosexuel ne pourra, au mieux, revenir devant les électeurs avant 2012. « Dans le Massachusetts, la liberté de se marier est aujourd’hui assurée » a déclaré le Gouverneur Deval Patrick.

Fellow Travelers (Thomas Mallon, Pantheon Books, 2007) est un roman ambitieux, dense, dont le sujet est visiblement plus personnel que les autres romans historiques du même auteur. L'action se déroule principalement entre 1953, au faîte de l'influence du sénateur McCarthy, et 1957, l'année de sa mort. Tim Laughlin, un jeune irlandais catholique tout juste sorti de l'université, rencontre sur Dupont Circle à Washington Hawkins Fuller, un fonctionnaire du Département d'Etat un peu plus âgé. Cette rencontre survient alors que Tim finit un stage d'été dans un quotidien de la capitale. Tim est frêle, fragile, introverti. Pratiquant, il est issu d'une famille modeste habitant Lower Manhattan. Hawkins est grand, beau, sûr de lui, un véritable WASP de Park Avenue. Il obtient un job pour Tim comme assistant d'un sénateur Républicain et devient son premier amant.
L'histoire d'amour se développe dans le contexte de chasse aux sorcières de l'ère McCarthy: les sympathisants communistes, mais aussi les déviants sexuels.
L'écriture est solide, par moment drôle, les nombreux passages relatant les auditions sénatoriales et autres sujets politiques sont parfois difficiles à suivre pour un lecteur non Américain. Ils ancrent l'histoire dans son temps bien particulier.
Hawkins se marie et vit une double vie. Tim se console difficilement et ne trouve un certain équilibre, personnel et spirituel, que lorsqu'il se convainc que l'important ce n'est pas d'être aimé, mais d'aimer, sans retenue.

Men Who Love Men, (William J. Mann, Kensington Books, 2007) est un livre très différent. Par son titre, sa couverture (deux hommes en serviettes de bain enlacés) et son écriture très simple, il ressemble davantage à un guide pratique et touristique qu'à un roman: comment trouver le parfait partenaire, Mr. Right comme disent les Américains. Que faire à Provincetown. Ça se lit très vite. C’est un bon document de sociologie. Mais je ne peux pas le recommander. L'histoire se passe, de nos jours, dans la station balnéaire homosexuelle par excellence de la Nouvelle Angleterre. On s'y marie (nous sommes au Massachussetts, le seul Etat américain où la mariage homosexuel est légal), on y vit sa vie gay au grand jour. Le personnage principal, Henry Weiner, trentenaire, se sent vieillir, très seul, n'ayant jamais réussi à maintenir une relation durable. Le livre décrit sa quête impossible du 'parfait compagnon', tandis que peu à peu, sans s'en rendre compte, il entame une camaraderie avec un homme plus âgé qui peut-être sera la réponse à ce qu'il cherche... Un moment drôle et très réel est celui où Henry décide de changer de look : il s’achète des vêtements dans des boutiques branchées où les autres clients ont dix ans de moins et change de coupe de cheveux. La réaction de son meilleur ami est : ‘laisse moi de donner un conseil. La moins bonne façon de se rajeunir est de se donner du mal pour se rajeunir…’ L’auteur a publié d’autres romans probablement de la même veine (voir leur titres) et une biographie controversée de Katharine Hepburn l’année dernière dans laquelle il présente l'actrice comme une sorte de transexuelle et la plupart de ses relations masculines, y compris Spencer Tracy, comme des bisexuels.

Le dernier livre de Armistead Maupin (
Michael Tolliver Lives, HarperCollins, 2007), l'auteur de Tales of the City, vient de paraître. Une critique de David Leavitt dans le New York Times ne donne pas vraiment envie de le lire. Je ne le mentionne que parce qu’il est dédicacé à son mari.

mardi 29 mai 2007

Fautes de goût ordinaires

Dimanche 20 mail 2007

Tandis que Nicolas Sarkosy, impatient de profiter pleinement de ses prérogatives, passe son premier week-end de président, au Fort de Brégançon, deux jours après sa prise de fonction et que
L’Express publie en couverture une photo du couple présidentiel sur laquelle Cécilia, en souriant, dévoile des dents tordues qui semblent se déchausser (j’ai failli dire à la dame à côté de moi qui, surprise, découvrait la couverture chez le marchand de journaux : décidément, ils ne l’ont pas ratée !), je me prépare à regagner le Connecticut.
Dans le même numéro de
L’Express je survole l’éditorial de Christophe Barbier. J’ai du mal à comprendre : critique-t-il le séjour à Malte, sur le yacht de Vincent Bolloré, de Nicolas Sarkosy, après que ce dernier ait laissé entendre qu’il voulait faire une « retraite » afin de mieux « habiter la fonction présidentielle » ? Si critique il y a, elle est ambiguë. Au minimum, il s’agit d’une faute de goût, conclut-il… Mais c’est surtout la photo qui retient mon attention : celle de l’éditorialiste, dans l’angle supérieur droit de la page, sous son nom, une sorte de photo d’identité. Il est vêtu de noir : chemise et veste, tandis que la cravate est violette. Après sa légendaire écharpe rouge, il continue à vouloir se donner un genre. Ou bien n’est-ce, également, qu’une faute de goût ?
Et que penser de Chirac, dont le gîte et le couvert ont été assurés par la République pendant trente ans, quittant l’Elysée mercredi après la passation des pouvoirs et emménageant dans un duplex du quai Voltaire mis à sa disposition par la famille de l’ancien premier ministre libanais assassiné, Rafic Hariri. Cette solution ‘provisoire’ assure l’Elysée, aurait été prise dans l’urgence, le temps de trouver une ‘installation définitive’. Dans l’urgence…
J’allais oublier. Le
JDD, la semaine dernière, a décidé de censurer un article révélant que Cécilia Sarkosy n’avait pas voté au second tour de l’élection présidentielle. Le journal appartient au groupe Hachette dirigé par Arnauld Lagardère, grand ami de Nicolas qu’il considère comme son frère.

Deux expos à mentionner pour finir sur une note plus gaie.
Atget, une rétrospective à la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, jusqu’au 1er juillet. C’est la première rétrospective consacrée à ce photographe en France, vingt-cinq ans après l’hommage du Moma à New York. Philippe de Champaigne, l’homme intérieur. Politique et dévotion au 17ème siècle, au Palais des Beaux-arts de Lille, jusqu’au 15 août. La plus importante rétrospective de cet artiste depuis cinquante ans. De magnifiques catalogues accompagnent ces deux expositions.

mardi 1 mai 2007

Business as Usual

Dimanche 29 avril 2007

Un éditorial du
New York Times prend fermement position en faveur du mariage gay. D'après le journal, le gouverneur de l'état de New York, Eliot Spitzer, présentera prochainement une loi reconnaissant le mariage entre individus de même sexe, comme il s'y était engagé pendant la campagne électoral, l'automne dernier.

Un des derniers numéros du
New Yorker consacre un article à Carlos Picon, le responsable du département Antiquités au Metropolitan Museum of Art, à l'occasion de l'ouverture de la nouvelle galerie Leon Levy et Shelby White.
Au moment où Picon, natif de Porto Rico, aujourd’hui agé de 52 ans, était recruté par le Met en 1989, il fut alerté par le responsable du département d’Antiquités de Sotheby’s : une sculpture intrigante était mise sur le marché. Haute de plus de 2 mètres, elle représentait un personnage d’allure féminine mais musclé, au visage étonnant, sans nez, aux côtés d’une femme plus petite. Elle était mise en vente par une famille de Palm Beach qui la conservait à côté de leur piscine, sous un auvent, et pensait qu’il s’agissait d’Artémis, la déesse de la chasse. Picon l’identifia immédiatement comme le Dionysos de Hope, perdu depuis 1917. C’est l’une des pièces maîtresses de la nouvelle galerie Leon Levy et Shelby White.
Si vous allez visiter la nouvelle galerie, qui occupe un magnifique patio intérieur rénové, il faut en profiter pour aller voir le cratère d’Euphronios, l’une de plus précieuses pièces du musée : un vase représentant la mort de Sarpédon peint par l’artiste grec Euphronios. Thomas Hoving, l’ancien directeur du Met, l’a qualifié de « l’œuvre d’art la plus parfaite. C’est un objet délicieux. Léonard aurait adoré en être le propriétaire. » Il se trouve dans la section de galeries ouvertes il y a huit ans, et, à l’issue d’un accord avec l’Italie, doit être rendu à ce pays en 2008.
La rénovation a été réalisée grâce à un don de 20 million de dollars de Leon Levy, un ancien partner chez Oppenheimer & Company, la célèbre firme d’investissement, et sa femme Shelby White. Le couple commença à s’intéresser aux Antiquités dans les années 70. Leur appartement de Manhattan devint un véritable musée. Un bronze du 1er siècle avant J.C. représentant un homme athlétique, une fois et demie la taille réelle, trônait dans leur salon. Chez les Levy-White on l’appelait Harry. Ce surnom lui avait été attribué lorsque la sculpture était en prêt dans le musée de San Antonio, à cause de sa ressemblance avec un des jeunes donateurs du musée. Harry se dresse aujourd’hui à l’entrée de la nouvelle galerie.
Leon Levy est mort en 2003. Carlos Picon se souvient de la fascination de ce dernier pour les empereurs et les généraux de l’antiquité dont il lisait avidement les biographies. « C’était un grand distrait – il disait à son chauffeur, ‘George, c’est notre voiture ?’ et il lui arrivait d’oublier que Shelby était avec lui à un dîner en ville et de partir sans elle – mais il n’oubliait jamais le moindre détail d’un fait historique ou d’une œuvre d’art. »
Allez donc voir Harry, le cratère d’Euphronios et le Dionysos de Hope au Met.
Ah oui, j’allais oublier. A la fin de l’article, l’auteur décrit une visite qu’elle rendit à Picon dans son appartement de l’Upper East Side. En passant, naturellement, elle écrit : « The appartment is an expression of Picon’s taste, as well as that of his partner, Andrew Kepler, an architect. »

La couverture du livre avait attiré mon attention. Un homme dans une piscine: il s'appuie sur le bord à l'aide de ses bras croisés sur lesquels il enfuit le visage. La photographie en noir et blanc, prise de haut, met en relief ses épaules musculeuses et viriles.
Mais le nom inconnu de l'auteur, le titre
Call me by your name, et la nature de l'ouvrage, un roman, ne m'avaient pas poussé à aller plus loin.
Récemment, en faisant le tri de vieux journaux, je suis tombé sur une critique du
New York Times consacrée au livre, au titre évocateur: Soudain un été. « Ce roman est chaud. Un récit d’apprentissage, une histoire de coming-out, une méditation proustienne sur le temps et le désir, une lettre d'amour, une invocation et parfois une épitaphe, Call me by your name est aussi une question ouverte. C'est une livre exceptionnellement beau. » Evidemment cela donne envie d’aller voir de plus près.
André Aciman est professeur de littérature à l'Université de New York. Il a raconté son enfance et son adolescence au sein une famille juive, italienne et turque d'Alexandrie dans son livre de souvenirs:
Out of Egypt, A Memoir. Il est spécialiste de littérature française du XVIIème siècle et du roman moderne européen.
Call me by your name est son premier roman. C'est l'histoire d'un coup de foudre entre une adolescent de 17 ans et un jeune homme de 24 ans professeur à Columbia, venu passer l'été sur la Riviera italienne pour corriger un livre sur Héraclite. Le récit est chargé d'érotisme, un érotisme sous tension qui incite à tourner les pages comme dans un roman policier, où l'attente, pesante comme la chaleur d'un après-midi méridional, exacerbe la tension.