samedi 14 octobre 2006

Folie au Congrès

Dimanche 8 octobre 2006

La semaine a été marquée par une affaire de mœurs et ses répercussions politiques. Tous les jours elle a fait la une du
New York Times, sans mentionner la presse plus populaire. Mark Foley (prononcer « Folie »), un représentant républicain de Floride au Congrès, a démissionné vendredi 29 septembre après que la chaîne de télévision ABC ait révélé qu’il avait envoyé des emails et des textos à connotation sexuelle à des « pages » du Congrès. Les « pages » sont de jeunes adolescents, sponsorisés par leur État, qui passent une année scolaire à Washington, où ils officient comme messagers, tout en continuant leurs études. Cette affaire survient à un très mauvais moment pour les Républicains, menacés de perdre la majorité au Congrès et au Sénat aux élections de mi-mandat en novembre. Mark Foley a été admis dans une clinique de désintoxication pour alcoolisme, a révélé son avocat qui a reconnu que son client était « gay » et a ajouté qu’il avait été abusé sexuellement par un membre du clergé lorsqu’il était jeune. Un portrait paru dans le New York Times a précisé que Mark Foley vivait avec un partenaire, dermatologue, lorsqu’il résidait dans la région de Palm Beach dont il était l’élu. Son ascension politique avait été météorique, mais une brève tentation sénatoriale avait tourné court il y a quelques années parce qu’il craignait devoir affronter des révélations sur son homosexualité. Son siège de représentant n’était pas menacé avant l’affaire actuelle.
Les Démocrates, dont les critiques répétées contre l’administration Bush sur la guerre en Irak ont fait mouche, ont pris à partie le Speaker républicain du Congrès qu’ils accusent d’avoir voulu étouffer l’affaire. Les Républicains ont fait corps avec lui, pour l’instant, en criant à une manipulation politique à un mois des élections.
Tout cela ressemble fort à un retour à l’envoyeur. Les commentateurs font remarquer que la victoire des Républicains en 2004 a été largement due à la mobilisation des franges les plus conservatrices de ces derniers, notamment sur les questions de société comme l’avortement et le mariage gay. La stratégie derrière cette victoire est l’œuvre de Karl Rove, le conseiller politique du président Bush. Ironie du sort, une biographie récente de ce dernier,
L’Architecte, révèle que son beau-père, Louis Rove, qui l’a élevé, dont il porte le nom, et qu’il a toujours considéré comme son père, était homosexuel. Après s’être séparé de la mère de Karl en 69, Louis Rove s’est installé à Los Angeles, puis à Palm Springs où il est mort en 2004. Karl avait gardé avec lui des relations très proches.

Pendant ce temps à Elista, en Kalmoukie, le match pour le titre de champion du monde d’échecs avait repris, et le sujet à nouveau déserté les journaux, sauf le New York Times avec son reportage quotidien.
Revenu précipitamment d’un sommet avec Poutine, le président de la petite République russe, qui est aussi le président de la FIDE, a désavoué le comité d’appel (qui a démissionné en bloc), a rouvert les toilettes privées de joueurs et décidé que le match reprendrait lundi, tout en validant la partie gagnée par forfait par Topalov le vendredi précédent. Kramnik ne menait plus désormais que 3-2. Après avoir tergiversé ce dernier acceptait de jouer tout en protestant officiellement et en menaçant d’attaquer en justice la FIDE. Avec les noirs il forçait une nulle rapide dans la 6ème partie. Sur le site de Chessbase on pouvait voir une courte vidéo du début de la partie (les deux joueurs se serrent la main sans se regarder, mais tout de même…) et de la conférence de presse (Kramnik à l’aise, Topalov, avec une voix de fausset, fuyant, pitoyable). La partie suivante fut également nulle. La 8ème partie vit la victoire de Topalov, sa première victoire sur l’échiquier. Vendredi était un jour de repos. Ainsi, à la veille du week-end, les deux joueurs se trouvaient à égalité, 4-4. Le titre se jouerait au meilleur des quatre parties restantes! Samedi, nouvelle victoire de Topalov. Comme Kramnik devait regretter d’avoir repris la compétition… Allait-il craquer? Dimanche : victoire de Kramnik, décidément fort psychologiquement. Nouvelle égalité à 5-5. Les deux dernières parties se joueront mardi et jeudi. En cas d’égalité des parties rapides décideront du vainqueur. (à suivre)