dimanche 1 octobre 2006

Echecs à Elista

Dimanche 1er octobre 2006

Le monde des échecs est suspendu depuis vendredi aux communiqués émanant de la FIDE, Fédération internationale des échecs, et aux mises à jour régulières du site Chessbase. Samedi 23 septembre débutait en fanfare, à Elista, la capitale de la Kalmoukie, petite république russe bouddhiste, le match de réunification du championnat du monde d’échecs. Le Russe Vladimir Kramnik, champion du monde ‘classique’ depuis qu’il a battu Gary Kasparov, l’héritier de la lignée des Capablanca, Fisher, Karpov, à Londres en 2000, affrontait le Bulgare Vesseline Topalov, numéro 1 mondial au classement Elo, et champion du monde FIDE, depuis sa victoire pleine de panache au tournoi organisé par la Fédération internationale en Argentine l’an dernier. La cinquième partie, prévue pour vendredi, n’a pas été jouée, Kramnik refusant d’y prendre part. Le point a été attribué par forfait à Topalov. Depuis, le match est bloqué.
Le drame avait commencé à se nouer la veille, jeudi, jour de repos après la quatrième partie.
La réunification du titre de champion du monde des échecs est le rêve le plus cher des amateurs d’échecs depuis la rupture en 1993 entre Gary Kasparov, alors champion du monde indiscutable, et la FIDE. C’est aussi un enjeu économique important puisqu’il permettrait d’attirer de nouveaux sponsors, qui font actuellement cruellement défaut au monde des échecs. Le président de la FIDE, qui est aussi président de la Kalmoukie, a réussi à mettre tout le monde d’accord et à financer sur ses propres deniers (c’est un ancien homme d’affaire qui a fait fortune) le match d’Elista. Cela a sans doute contribué à sa réélection à la tête de la FIDE en juin dernier. Le match renoue avec la tradition des grands combats échiquéens du passé. Il se joue en 12 parties. Un point est attribué au vainqueur de chaque partie, les deux joueurs de partageant le point en cas de partie nulle. Le nouveau champion du monde sera celui qui marquera le premier 6 points et demi.
Le
New York Times consacre tous les jours un article au match. On peut aussi suivre les parties en direct sur Chessbase, un site web spécialisé.
La première partie débuta par une Ouverture catalane que les deux joueurs connaissent bien. Topalov, avec les noirs, réussit à obtenir une position où il pouvait annuler facilement. Fidèle à son style, il chercha à obtenir un avantage et prit trop de risques. Au 57ème coup il fit une gaffe et perdit un second pion. Il abandonna au 75ème coup face à un Kramnik solide.
Dans la deuxième partie, avec les noirs, Kramnik se lança dans la solide Défence slave. Topalov attaqua avec une brutale offensive sur l’aile Roi. Un peu avant le 30ème coup Topalov offrit sa Dame en sacrifice. La pression provoqua une bourde chez Kramnik. Topalov pouvait conclure par un mat, mais il commit lui-même des imprécisions. La finale, technique, fut gagnée par Kramnik qui menait par 2-0.
Après ces deux parties pleines de drames et de retournements, les deux parties suivantes furent des nulles robustes. Jeudi, jour de repos, Kramnik menait 3-1. Une forte tension régnait à Elista. On apprit le lendemain que Topalov, par l’intermédiare de son bras droit, avait déposé une réclamation. A mots couverts il accusait Kramnik de tricher à l’aide d’un ordinateur : vidéos à l’appuis il dénonçait le comportement de ce dernier qui se rendait sans cesse aux toilettes, le seul endroit de la compétition à ne pas être surveillé. Dans les dispositions négociées en vue du match, les joueurs disposaient d’une salle de repos et de toilettes attenantes, privées. Topalov menaçait, sous la forme d’un ultimatum, de se retirer si on n’imposait pas aux joueurs l’utilisation de toilettes communes. Vendredi matin, le Comité de réclamations prend une décision en faveur de Topalov et fait fermer les toilettes privées des deux joueurs. Peu après, l’équipe de Topalov enfonce le clou, exigeant que les joueurs soient accompagnés aux toilettes par un arbitre, et affirmant qu’il n’est pas normal que Kramnik prenne ses plus importantes décisions aux toilettes. La réaction de Kramnik ne se fait pas attendre. Dans une lettre ouverte au président de la FIDE, son bras droit dénonce la rupture du contrat passé avec les organisateurs et l’impartialité du Comité de réclamations, et s’estime insulté. Kramnik refuse de reprendre le jeu si ses droits ne sont pas rétablis et il exige la démission du Comité de réclamations. Une heure après le début de la partie 5, Topalov est déclaré vainqueur par forfait. La situation est totalement bloquée et le président Kirsan Ilyumzhinov doit rentrer de toute urgence d’une réunion avec Poutine pour essayer de trouver une solution. (à suivre)