dimanche 6 décembre 2009

Lautréamont en Pléiade


Cette semaine je reviens sur l'excellente édition de Lautréamont dans la collection de la Pléiade par Jean-Luc Steinmetz: Lautréamont in La Pléiade.

dimanche 31 mai 2009

The Friendship which is Love

Mon blog, cette semaine, raconte la cérémonie de remise des Lambda Literary Awards (les 'lammies') à New York jeudi dernier, deux jours après que la Cour Suprême de Californie ait confirmé la validité de la Proposition 8. Celle-ci, entérinée par 52% de la population de l'état en novembre dernier, inscrit dans la constitution la définition du mariage comme l'union d'un homme et d'une femme. Il y a un an la même Cour Suprême avait rendu un avis allant dans le sens contraire...

Les lammies de cette année n'ont rien d'exceptionnels. Sheila Rowbotham remporte, de façon méritée, la catégorie 'Gay Memoir/Biography' pour sa biographie d'Edward Carpenter. La meilleure oeuvre de fiction gaie de 2008, Pilcrow de Adam Mars-Jones, ne figurait pas parmi les prétendants: elle n'a pas été publiée aux États unis... (C'est Scott Heim, l'auteur de Mysterious Skin, qui a remporté le lammy dans la catégorie 'Gay Fiction', pour son dernier roman We Disappear.)

Je mentionnne également cette semaine la remarquable édition d'un roman publié pour la première fois en 1906 à compte d'auteur par l'écrivain américain Edward Prime-Stevenson (sous le pseudonyme de Xavier Mayne). Imre est le premier roman américain mettant en scène des personnages homosexuels qui finit bien... Il est par certains côtés assez moderne, même si le style est épouvantable... Il mériterait d'être traduit en français.

Rendez-vous sur www.gayascienza.com pour en savoir plus.

31.05.2009

dimanche 24 mai 2009

Fleet Week à New York

The Fleet's In! (1934), Paul Cadmus, oil on canvas, Navy Art Gallery, Washington Navy Yard

Cette semaine j'ai vu le documentaire de Kirby Dick, Outrage, sur les hommes politiques secrètement gais qui soutiennent des positions anti-gaies, aux États unis. Un certain nombre d'entre eux ont été l'objet d'un outing. Le film est l'occasion de revoir des images célèbres, comme celles du sénateur Larry Craig, accueillant les journalistes, à Boise dans l'Idaho, sous un ciel bleu magnifique, par: "Thank you for coming out today...", avant d'affirmer: "I am not gay, and I have never been gay." Il avait été interpelé quelques mois plus tôt dans des toilettes publiques de l'aéroport de Minneapolis à l'issue d'une chorégraphie qui aurait beaucoup plû à Marcel Proust...

Le point culminant d'Outrage est l'histoire du député Jim Kolbe qui fut acculé à faire son coming-out en 1996 par des activistes gais, après qu'il eut voté pour le Defense of Marriage Act qui interdit aux autorités fédérales la reconnaissance des mariages entre personne de même sexe. Jim Kolbe, âgé de 54 ans à l'époque, témoigne de la joie immense qui le submergea après son coming out, à sa grande surprise. Il conserva son siège lors des élections qui eurent lieu quelques mois plus tard. Le contraste entre ces images et celles des dénégations des hommes politiques qui précèdent est extraordinaire.

J'ai également lu le dernier roman de Colm Tóibín, Brooklyn, et l'interview de Don Weise, le nouveau responsable des éditions Alyson, la plus importante maison d'édition consacrée à la littérature GLBT. Il est interrogé par Natalie Hope McDonald dans le dernier numéro de The Gay & Lesbian Review.

24.05.2009


dimanche 17 mai 2009

Décès de James Kirkup (1918-2009)


Le grand poète britannique James Kirkup est mort à l'âge de 91 ans dimanche dernier à Andorre où il résidait depuis la fin des années 80.
Né à South Shields dans le nord de l'Angleterre, au bord de la mer du Nord, fils unique, homosexuel, James Kirkup fut très tôt confronté à un "sentiment de grande solitude et de marginalité."
Il fit des études de lettres à l'université de Durham, puis, s'étant déclaré objecteur de conscience, passa la seconde guerre mondiale à travailler comme ouvrier agricole. Il publia ses premiers poèmes à cette époque.
Dans les années 50, la prestigieuse Oxford University Press publia six volumes de poèmes de Kirkup. Glyn Pursglove, en lui rendant hommage dans The Guardian, écrit:
His work in this period stripped away the previous extravagance and was characterised by a new precision of language. The title poem of A Correct Compassion (1952) - an account of a heart operation - has been widely anthologised and much admired for the exactness of its observation and its language. But the poem is far more than reportage (however accomplished); as a meditation on art, on its "correct compassion", it is sophisticated and deft. As a kind of "defence of poetry", it is persuasive and moving. There is much else to admire and enjoy in Kirkup's 1950s poetry, a body of work now seriously underrated.
De plus en plus mal à l'aise en Angleterre, il se mit à voyager. Il passa de nombreuses années comme professeur d'anglais au Japon où il se familiarisa avec le haiku et le tanga. Il s'établit à Andorre en 1988.
James Kirkup, écrivain prolifique, est aussi l'auteur de récits de voyages, d'une autobiographie en plusieurs volumes particulièrement attachante, de critiques littéraires, notamment dans le TLS, et de nécrologies qu'il publiait régulièrement dans The Independent. Il traduisit également de nombreux auteurs, dont Simone de Beauvoir qu'il détestait...
En juin 1976 le bimensuel gai anglais Gay News publia un poème de James Kirkup, The Love that Dares to Speak Its Name, dans lequel un centurion romain laisse libre cours aux fantasmes provoqués par le corps du Christ dont il a la garde. L'année suivante le périodique et son éditeur furent condamnés pour blasphème et le poème interdit. La publication de ce dernier en Angleterre est toujours illégale... Vous pouvez le lire en cliquant sur le lien www.gayascienza.com.

17.05.2009


dimanche 10 mai 2009

Feuilles de rose


Cette semaine ma chronique, que l'on peut lire en anglais sur www.gayascienza.com, est consacrée à Télény, le roman érotique généralement attribué à Oscar Wilde, dont une édition de poche vient d'être publiée à La Musardine dans la collection Lectures amoureuses de Jean-Jacques Pauvert.

10.05.2009